LEUZE En attendant l'expo « Bobineuses »
Intrigantes vitrines dans la Grand-rue
Quatre vitrines de la Grand-rue sont investies par Valéria Nagy, et son projet « Bobineuses ».
Une opération mystérieuse qui
interpelle...

       EN CONFIANT les rênes du projet
« Bobineuses » à Valéria Nagy, la ville de Leuze prenait le risque de la remise en question. Sous le regard de cette artiste plasticienne d'origine hongroise, l'exposition qui se prépare, pour la rentrée 2005, dans l'ancienne fabrique Dujardin ne se contente pas de faire la rétrospective de l'histoire bonnetière de la cité.
L'événement se veut plus large, et résolument tourné vers l'avenir. Il n'hésite pas à déjà interpeller les Leuzois, à un peu plus de cinq mois de l'inauguration. Les commerçants sont les premiers à se poser des questions, alors que quatre vitrines de la Grand-rue, bientôt cinq, sont envahies par les « Bobineuses ». « C'est intriguant, car il n'y a pas de publicité dans ces vitrines », commente Véronique Boel, de La fermette.

Initiative Intéressante ou pas ?

Si Coutura Jeune fait office de galerie d'art, en exposant des oeuvres dont certaines passeront par la fabrique Dujardin, l'étoile bleue leuzoise tient la population au courant de l'évolution du projet.

Le vide fait peur

Dans les autres vitrines, on a joué la carte de la sobriété : un tissu sur lequel on a imprimé un texte, quelques photos, et le site Internet du projet. Un dépouillement qui suscite l'étonnement. « Il y a quelques jours, l'horloger de la Grand-rue m’accosté alors que je prenais les mesures d'une nouvelle vitrine », raconte Valéria Nagy,
- Si je peux vous donner un conseil, mettez-nous des objets dans les vitrines mortes pour avoir quelque chose à regarder. Des anciennes machines, par exemple... parce que là, c'est vide.
- Vous trouvez ? Qu'est-ce que vous voyez ?
- Des toiles, des gens...
- Et c'est tout ?
- Il y a aussi des portes...
- Des portes ouvertes, oui.
Ouvertures sur l'avenir de la cité. Parce qu'une ville en déclin, c'est aussi une palette infinie de possibilités pour lui redonner vie. Leuze a perdu sa dernière bonneterie, la société Fernand Dubois, en octobre dernier. Un chapitre se clôt. Un autre doit s'ouvrir: « L'histoire est cyclique. Forcément, ça va renaître. Mais quoi ? Et comment ? Cela mérite une réflexion où l'art a un rôle à jouer », explique Valéria Nagy, levant ainsi un coin du voile sur son projet.
 « Comme citoyenne, je veux de la vie dans la Grand-rue. En attendant, je vois les vitrines abandonnées comme autant de pages qu'on remplit. J'aménage les lieux de manière à ce qu'ils forment, ensemble, une imagerie dans toute la rue. C'est très stimulant pour une artiste. »

Une autre Grand-Rue ?

La fermeture progressive des bonneteries conjugée avec un mode de vie globalisé ont tué le petit commerce et peu à peu dépeuplé la Grand-rue de Leuze. "Tous les produits de base, on peut les trouver dans les centres commerciaux. Et si les clients se déplacent vers ces nouveaux lieux de commerce, les anciens se vident inéluctablement", explique la jaune femme. Un discours fataliste si on arrêtait là le raisonnement. Mais Valéria Nagy rapelle les fameuses portes ouvertes : "quelle stratégie de repeuplement du centre-ville peut-on mettre en place ? De quelle Grand-rue rêvons-nous pour dans vingt ans ?" Et si elle imagine un piétonnier où des boutiques de qualité alternent avec des espaces de rencontre; chaque Leuzois aura sans doute sa petite idée. C'est peut-être le moment d'en parler.

Pierre WUIDART

Le projet est soutenu par le Centre culturel, la ville de Leuze, l'office du tou­risme, le CHAL (Cercle d'histoire et d'archéologie de Leuze, le CHOQ (Centre du Hainaut occidental pour la qualité) et Febeltex. Site Internet : www.bobi­neuses.be

 Le courrier de l’Escaut – jeudi 31 mars 2005 – Pierre Wuidart - (extrait)






 
La Balade Bonnetière est une initiative soutenue par Le Service de l’Education Permanente du Ministère de la Culture de la Communauté Française de Belgique, Les Journées du Patrimoine de la Région Wallonne, L'A.S.B.L Prométhéa, Dherte S.A., La Fondation Spes, Made in Leuze et Wavenet S.P.R.L
Connexion
FREN