Vendredi 2 septembre 2005 Le Soir

ALEXANDRE VALÉE

« Bobineuses » tricote l'inconscient leuzois
Raccrocher le fil de l'histoi­re industrielle leuzoise. Re­tisser le vécu d'anciennes ouvrières des 150 bonneteries de la ville, autrefois. Créer une étof­fe artistique pour draper un lieu marquant, l'ancienne bonneterie Dujardin, éteinte depuis vingt-six ans. « Bobineuses », c'est tout cela à la fois.
     D'origine hongroise, l'artiste Valéria Nagy a été surprise par la nostalgie de toute une cité, endor­mie sur ce qui constitue pourtant une trame collective forte. Après deux siècles de gloire textile, la ci­té des bonneteries n'en abrite plus aucune. La Ville de Leuze, que l'on présente comme morte et peu active sur le plan culturel, a été avant-gardiste en croyant en notre projet, témoigne Valéria Na­gy. Douze mois durant, l'art a ain­si habité les vitrines désertéesn dans la grand-rue. Comme pour y habituer le regard du passant.

Artistique dans son expression, la démarche confine à la sociologie et à l'ethnologie dans ses moyens. Après avoir recueilli plus de deux cents témoignages d'an­ciennes petites mains du textile, cette jeune plasticienne a invité des artistes contemporains à réé­crire leur lecture du passé bonne­tier de Leuze, et à tendre des fils vers demain. Dès lundi, ils seront 25, venus de Chine, d'Israël ou des Etats-Unis, à s'approprier une grande partie de l'ancienne bonneterie Dujardin. Infogra­phie, tricot, tissage, céramique, tapisserie... Autant de modes d'expression que de sensibilités.

Ce passé est un élément identitaire fort : quand on est fier de ce que l'on est, de ce que l'on a été, on est aussi prêt à aller de l'avant. Bo­bineuses se double donc d'un pro­jet de développement local. Par l'image de la ville qu'il diffuse, mais aussi dans l'émulation géné­rée autour de cette exposition, mobilisant la commune, le tissu associatif, les écoles, les entrepri­ses du cru. Valéria Nagy songe dé­jà à la transcription touristique de la carte des bonneteries, à la rénovation urbaine au départ des anciens ateliers, à l'utilisation des étages du site Dujardin à des fins culturelles... Autant de rêves d'apparence folle mais qui, à l'ins­tar de Bobineuses, pourraient s'emmancher, de fil en aiguille.

Du 3 septembre au 1er- novembre. 
In­fos : sur le Net www.bobineuses.be et tél. 069.66.24.67

 

Extrait du journal Le Soir - Edition du 2 septembre 2005 - Ecrit par Alexandre Valée




 
La Balade Bonnetière est une initiative soutenue par Le Service de l’Education Permanente du Ministère de la Culture de la Communauté Française de Belgique, Les Journées du Patrimoine de la Région Wallonne, L'A.S.B.L Prométhéa, Dherte S.A., La Fondation Spes, Made in Leuze et Wavenet S.P.R.L
Connexion
FREN