Le saviez-vous ?

En 1467, Louis XI rend l'ordonnance "des bannières", future corporation des bonnetiers. En 1514, les bonnetiers de Paris forment une corporation. Les statuts de confrérie de tricoteurs-bonnetiers sont rédigés, complétés et révisés en 1554 et 1558. Ils nous renseignent de manière très précise sur les articles que fabriquaient les maîtres bonnetiers. Ainsi, dès le milieu du XVIe S., les bonnetiers sont devenus des fabricants de bas. L'article V du Statut des maistres bonnetiers de la ville de Troyes dit que "défenses sont faites à toutes personnes d'autres que les maîtres du dit Métiers de travailler pour autrui, ni faire travailler du dit métier comme bonnets, bas, chaussons...".
Ils contiennent la preuve officielle que dès 1554 la fabrication du bas tricoté est conjointe à celle des bonnets : "de l'obligation du chef-d'oeuvre, de la réglementation des laines à employer, de la durée de l'apprentissage, de
l'autorisation de teindre ou de faire teindre toutes sortes de marchandises de bonneterie". En 1751, JEAN BERTHIER, maire de Troyes, y installe des métiers.
Cette ville est encore reconnue de nos jours pour être une des places importantes de fabrication de la bonneterie. Dès 1905, une confrérie de "bonnetiers", à l'époque dite "faiseurs de bonnets", se constitue à Troyes (France). Presque tous les bonnets se terminaient par une "mèche", signe distinctif d'un article tricoté.

Bien amicalement ! A plus tard, au mois de juin...


Quizz du mois de mai

 

Les bonne réponses figurent en bas de page...
Merci d'avoir joué avec nous. 

   
raikem   


   
serres   


   
came   


   
trame   


   
centrage   


   
colonne   


   
chariot   


   
vanisé   


   
collerette   


   
gousset   


   

raikem : on parle des toits en raikem des bonneteries, caractérisés par 2
versants : l'un est vitré tandis que l'autre est en tuiles ou autres matériaux
de couverture.

serres
: les serres déterminent la qualité d'un tricot en exprimant la densité
en rangées et/ou en colonnes.

came
: pièce métallique attaquant les talons d'aiguilles à ras des fontures ;
la came est maintenue sur une plaque dite "porte-cames". Elle  désigne parfois
l'opération à laquelle elle participe : came de cueillage, came de formage,
came de presse, came de revers...

trame
: l'insertion de la trame est produite par un fil tendu et posé sur
l'envers du tricot ou entre les mailles endroit et envers.

centrage
: positionnement relatif des 2 fontures d'un métier permettant
d'obtenir le modèle souhaité.

colonne
: étage de mailles suivant une ligne verticale ; la ligne horizontale
s'appelle rangée.

chariot
: support mobile coulissant au-dessus des fontures ; il porte
l'ensemble des cames et possède 2 ou plusieurs chutes entraînant le guide-fil à
chaque passage. Il y a 1 ou 2 chariots par machine ; les plus modernes peuvent
en posséder jusqu'à 4.

vanisé
: tricot constitué de mailles de 2 ou plusieurs fils de couleurs
différentes de manière à ce que l'un des fils soit superposé à l'autre (ou aux
autres) tout en le (ou les) cachant.

collerette
: petite bande de tricot servant à border l'encolure.

gousset
: pièce de tricot insérée dans l'entrejambe d'un collant ou sous le
bras pour donner de l'aisance à une manche, ou forme particulière d'un fond de
poche.

   
    
 
        Valider >
  
   
   
   
 

 
La Balade Bonnetière est une initiative soutenue par Le Service de l’Education Permanente du Ministère de la Culture de la Communauté Française de Belgique, Les Journées du Patrimoine de la Région Wallonne, L'A.S.B.L Prométhéa, Dherte S.A., La Fondation Spes, Made in Leuze et Wavenet S.P.R.L
Connexion
FREN